# LE MOT DU JOUR

Christine Laugier

#languefrançaise

DÉCEPTIF

La semaine dernière, sur les ondes de France Inter, un jeune influenceur déclarait : « Ça a été vraiment très déceptif pour moi ». Déceptif, vraiment ?
Comme Deceptive en anglais ? C’est-à-dire « trompeur ».

Ben non, il voulait juste dire décevant. Alors dans ce cas, pourquoi ne pas utiliser le mot juste ?
Car finalement l’usage erroné de ce mot emprunté à l'anglais finit par être véritablement déceptif, c’est-à-dire « propre à tromper », si l’on en croit le sens et l’usage de ce mot très courant au… XVIIe siècle, au point d'entrer alors dans le Grand Robert.
Car oui déjà à cette époque, la langue française piochait allègrement dans la langue anglaise. Et vice-versa d'ailleurs, il n'y a qu'à se pencher un instant sur le mot flirt qui signifie "draguer, flirter" et qui est directement tirer du verbe français Fleureter, c'est-à-dire conter fleurette.

Mais me direz-vous, le terme déceptif figure dans nos dictionnaires français ! Certes mais avec un sens premier directement tiré de sa signification en anglais.
Déceptif : se dit d'une marque ou d'une publicité propre à tromper le consommateur sur la nature, la provenance géographique ou la qualité d'un produit ou d'un service, indique le dictionnaire Larousse.

Et ces mauvaises pratiques entrainent sans aucun doute une expérience client bien décevante, vous en conviendrez.
En résumé on peut dire que la marque est déceptive, le client déçu et son expérience décevante.

Et quant à cet article : déceptif ou décevant ?




Recent Articles

Share On